Je gère ou j'exagère ?

Alcool, drogue, jeux d'argent, écrans... Les consommations de produits psychoactifs et les addictions peuvent jouer plusieurs rôles dans nos vies à tel point qu’on peut en perdre la maitrise alors qu’on pensait gérer…

dessin requin mangeant un bonhomme

Alcool, drogue, jeux d'argent, écrans...

Pour le plaisir, les sensations, pour faire la fête, se « lâcher » avec ses amis, pour soulager ou apaiser une douleur, un mal-être, oublier des moments difficiles de notre vie, pour s’endormir ou se donner du courage pour affronter des situations redoutées… toutes ces raisons et tant d’autres rendent parfois la gestion des consommations de drogues et des pratiques addictives très difficile.

Le cannabis, ce n'est qu'une drogue douce ?

Il n’existe pas de drogue plus douce qu’une autre, tout dépend de l’usage que l’on en fait. Quel que soit le produit consommé, les risques peuvent être très différents en fonction de la personnalité et de l’âge de l’usager, de la fréquence de consommation, de la quantité consommée, du mode de consommation utilisé…

Le cannabis n’est pas une drogue douce et il ne faut pas en sous-estimer les effets. Comme toutes les drogues, il contient une substance psychoactive (le THC) qui se concentre dans le cerveau et altère la perception et les sensations. Cela se traduit notamment par une baisse de la capacité de concentration, des somnolences, une altération de la mémoire immédiate, qui peuvent entraîner des difficultés scolaires ou professionnelles.

Chez certaines personnes la consommation régulière de cannabis peut également conduire à l’installation d’une forme de dépendance.

Comment savoir si je suis dépendant ?

Une consommation problématique est une consommation qui entraine des difficultés physiques, psychologiques, affectives, familiales ou professionnelles... Malheureusement, il n’est pas toujours évident de s’en rendre compte. Cette prise de conscience suppose d’avoir un certain recul sur sa consommation.

Pour savoir si votre consommation est problématique, vous abstenir de consommer pendant un certain temps peut vous permettre d’obtenir une réponse concrète à votre question. Si vous ne ressentez pas de difficulté particulière, alors vous pouvez penser que vous maîtrisez votre consommation, ce qui ne signifie pas qu’elle n’est pas sans risque pour votre santé.

Le cas contraire peut vous amener à vous poser des questions sur la place qu’occupe la drogue dans votre vie et qui rend si compliqué l’arrêt. Lorsqu’on se sent en difficulté, quelles que soient les quantités consommées ou la fréquence de consommation, il ne faut pas hésiter à en parler à un professionnel.

A qui en parler en Isère ?

Les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC)

Les CJC sont des lieux d'écoute, d'information et de soutien pour les jeunes faisant face à une conduite addictive (et aussi pour leurs proches). Un professionnel vous rencontre de façon anonyme et gratuite pour évaluer votre situation, répondre à vos questions, vous aider à réduire ou arrêter votre consommation.

Les Centres de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA)

Les CSAPA permettent de faire le point avec un professionnel sur les difficultés rencontrées et proposent un accompagnement vers l’arrêt, la consommation modérée de drogues... Ils vous accueillent de manière confidentielle et gratuite.

Ligne d'écoute

Pour certains, le téléphone peut être utile quand il est difficile de se déplacer, quand on souhaite juste avoir des informations et faire le point sur sa situation, quand on n'ose pas rencontrer physiquement quelqu'un.

Il est possible de poser vos questions directement à un professionnel, de façon anonyme et gratuite par téléphone en contactant  Drogues info service au 0 800 23 13 13 (de 8h à 2h, 7j/7) . Sur le site, vous pouvez aussi poser vos questions en ligne à un professionnel.

Par sboutroy le 01/07/2019
Cet article vous a-t-il été utile ?