Prévenir les violences dans les relations amoureuses

Draguer, se mettre en couple, se séparer, se poser des questions… autant d’événements qui amènent leur lot d’émotions, avec la pression sociale qui va avec. Du coup de foudre au coup d’un soir, consentement et respect sont les clés d’une relation saine.

Violentomètre

Même chez les jeunes couples, il existe des situations de violences

Quand tout se passe bien dans une relation amoureuse, chacun se sent en sécurité, respecté et apprécié. Cela ne va pas sans difficultés, mais l’équilibre se fait. Malheureusement il arrive que des relations soient toxiques, que des personnes exercent une emprise sur leur partenaire. D’un comportement inapproprié à des violences répétées, les conséquences sur la santé physique et mentale peuvent être importantes : insomnies, anxiété, perte d’appétit, baisse de l’estime de soi, dépression….

Les violences dans les couples d’ados ou chez les jeunes adultes sont graves. Apprendre à les reconnaître est important :

  • Violences physiques : coups, menaces de coups, objets lancés, casse d’objet…
  • Violences psychologiques : menacer de faire du mal, mentir, passer de l’amour à la haine en quelques instants, rabaisser, isoler des proches, traiter de folle/fou, se moquer continuellement, surveiller…
  • Violences sexuelles : agression, viol.

Quand ces violences se passent en ligne, on les appelle les cyberviolences : surveillance des réseaux sociaux, diffusion ou menace de diffusion de photos à caractère intime, insultes répétées par messages…

#AmourSansViolence est une campagne de sensibilisation contre les violences au sein des relations amoureuses à destination des jeunes de 15 à 25 ans. 4 épisodes de 2:50' permettent de parler d'emprise, de consentement, de surveillance et surtout du cercle des violences... Attention, certains témoignages peuvent être difficiles à entendre.  

Sur la chaîne YouTube du site Onsexprime.fr, vous pouvez écouter les 5 témoignages de la série les "OK. Pas OK". 5 adolescents et jeunes adultes se confient sur les relations amoureuses, la sexualité et le consentement. Attention, certains témoignages peuvent être difficiles à entendre.  

 

Que dire des demandes et des envois de nudes ?

Parce que la manière de draguer évolue, il faut parler des nudes ! Ces photos intimes ou érotiques que l’on prend de soi pour envoyer à une autre personne participent à un moment de séduction ou à l’entretien du désir. Aucun problème donc, si la personne à qui vous l’envoyez est d’accord pour la recevoir ! Le consentement de votre partenaire est indispensable, et les nombreux témoignages de jeunes femmes qui reçoivent des « dick pic » montrent bien l’ampleur du phénomène. Sur Instagram, le compte « no dick pic » rappele sans cesse qu’il est interdit par la loi (et inefficace niveau drague !) d’envoyer une photo de son sexe à quelqu’un qui n’a rien demandé.

Si quelqu’un insiste pour que vous envoyiez des nudes, prenez-le temps de discuter si vous en avez envie, mais demandez surtout à ce que l’on respecte votre choix de ne pas le faire. On peut légitimement avoir peur que les photos fuitent ou ne pas être à l’aise avec cette pratique. Subir la pression de l’autre au début ou au cours d’une relation, ce n’est pas très rassurant !

 

La diffusion des images intimes « pour se venger », c’est NON !

Quoi qu’il en soit, si quelqu’un diffuse sans votre accord les photos que vous avez envoyées dans l’intimité, vous pouvez commencer par lui demander de les supprimer. En cas de refus, vous pouvez signaler la publication directement sur le réseau social concerné ou porter plainte ! « Le revenge porn » comme on l’appelle parfois est puni par la loi. L’association E-enfance propose un service d’aide, le 3018 (écoute, conseils par tchat ou téléphone) pour les enfants, les adolescents et leur famille.

 

Suis-je concerné.e.s ? Où trouver de l’aide ?

Pour repérer ces violences dans les couples, vous pouvez consulter le violentomètre : cet outil ressemble à une règle graduée avec trois couleurs. Si les phrases de la partie verte vous correspondent, alors tout semble aller bien ! Si vous validez des phrases en orange et rouge, vous pourriez avoir besoin d’aide (proches, famille, professionnels de santé, psychologues…).

Vous pouvez aussi faire le test « commentonsaime » de l’association En avant toute(s).

Si vous subissez une forme de violence et que vous sentez coupable, sachez que vous n’êtes pas responsable ! Entourez-vous et contactez structures d’aide. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, les Promeneurs et Promeneuses du Net pourront vous accompagner.

 

L'association En avant toute(s) informe sur les violences au sein des jeunes couples et a mis en place un tchat dédié : lundi au samedi, 10h-21h

 

stopcybersexisme.fr est un site conçu par l’Observatoire régional des violences faites aux femmes du Centre Hubertine Auclert dans le cadre de la lutte contre le cyber-sexisme et les cyber-violences.

 

jenesuispasavendre.org est un site conçu par l’Amicale du Nid (association d’accompagnement global des personnes concernées par la prostitution) qui sensibilise les jeunes à la question de la prostitution.

 

Article rédigé par Sophie Suel, coordinatrice du réseau promeneurs du net Isère à Info jeunes

Mis à jour le 13/09/2022
Cet article vous a-t-il été utile ?